Passer la navigation

Langue :

English

Français

عربى
Español
Italiano

Liens :

Accueil Ma visite(Version complète) Ma collection(Version complète) Rechercher Glossaire Aide Version complète

Partenaires de l'Egypte Eternelle :

SCA CultNat IBM Corporation A propos de l'Egypte Eternelle Conditions d'utilisation Contactez-nous
Pour l'éternité : la renaissance numérique d'un objet

Depuis des millénaires, les Egyptiens ont compris l'importance de préserver et de transmettre la culture via plusieurs supports. L'art égyptien est baigné dans une compréhension profonde du pouvoir et de la longévité que la fusion du texte, des images et de l'architecture peut fournir. L'Egypte Eternelle, plus qu'un simple projet technologique, étend et améliore cette noble tradition en documentant et présentant au format électronique des objets culturels pour la postérité. Cette "renaissance numérique", bien que n'offrant pas le caractère éternel d'un tombeau scellé, permet d'assurer que les générations futures connaîtront l'importance de ces trésors. Voici l'histoire d'un objet et le chemin qu'il a emprunté depuis sa création jusqu'à sa re-création numérique.

Façonné au cours de la dix-huitième dynastie des pharaons - entre 1347 et 1337 avant Jésus-Christ - le Trône de Toutânkhamon est un chef-d'oeuvre de l'art de l'Egypte ancienne. Objet à la conception élaborée fait de bois, d'or et d'argent et incrusté de pierres semi-précieuses, de verre et de faïence, celui que l'on appelle le ''trône doré'' a été décrit par le patron de l'archéologue Howard Carter, Lord Carnarvon, comme étant "l'un des meubles les plus magnifiques jamais trouvé". Découvert en 1922 par Howard Carter dans l'antichambre de l'éblouissant tombeau de Toutânkhamon, ce trône a pris une importance que seul le masque funéraire de Toutânkhamon dépasse en tant que symbole de l'autorité du jeune roi et exemple de la plus grande finesse de l'artisanat du Nouvel Empire.

La splendeur du trône n'était pas moins vraie soixante-dix neuf ans après sa découverte lorsque IBM s'est associé avec le gouvernement égyptien pour entreprendre le projet de l'Egypte Eternelle. Lorsque l'équipe d'égyptologues et les experts en la matière du Centre égyptien de documentation pour le patrimoine culturel et naturel (CultNat) ont commencé à penser largement aux thèmes autour desquels serait organisé le contenu du projet, le trône était un choix évident. En plus d'être un spécimen artistique du plus haut niveau, ce trône est également un élément visuel de la réalité politique tumultueuse de la dix-huitième dynastie (représentant, à sa façon, les formes hérétiques, -aton, des noms de Toutânkhamon et sa reine) et rappelle que même un tombeau aussi parfait que celui de Toutânkhamon n'était pas à l'abri des voleurs (en effet, les grilles d'origine reliant les pieds ont été arrachées). Ainsi, le trône a été ajouté à une liste de contenu hautement prioritaire, celle des objets essentiels à la compréhension de la culture égyptienne. Il est évident qu'aucune collection virtuelle d'objets égyptiens n'aurait été complète sans sa présence.

Une fois le trône choisi, IBM et CultNat ont évalué les options pour capturer sa représentation visuelle de la façon la plus précise possible. Une équipe de chercheurs de l'IBM T. J. Watson Research Center de New York avait développé une nouvelle technologie de numérisation en 3D et l'applique à de la documentation et des études d'oeuvres d'art depuis plusieurs années. Cette technologie a été récemment utilisée pour construire une représentation numérique précise de la Pietà florentine de Michel-Ange. En capturant numériquement les propriétés de la forme et la surface d'un objet, des rendus réalistes de l'objet peuvent être générés. Cela permet à un historien de l'art d'inspecter méthodiquement l'objet, en le faisant pivoter interactivement et en l'agrandissant sur l'écran d'un ordinateur. La représentation numérique 3D peut également être mise à la disposition d'un large public via un site Web. Encore plus important, cette représentation virtuelle peut être manipulée pour générer des représentations qui ne peuvent pas être créées par d'autres moyens. Par exemple, la représentation peut être virtuellement restaurée, en remplaçant les parties manquantes, ou en ravivant les couleurs passées. Il est possible de la plonger dans un environnement reconstruit, ou de l'inclure dans une animation pour présenter son utilisation. Le site Web de l'Egypte Eternelle comporte des exemples d'animations et de restaurations virtuelles basés sur des représentations en 3D.

IBM a développé un scanner personnalisé afin de capturer numériquement le trône de Toutânkhamon et d'autres objets de grande taille. Ce scanner a été conçu et construit chez IBM Research, et les modules progiciels utilisés pour l'acquisition et le traitement des données ont été assemblés dans une interface utilisateur graphique unifiée par le centre de développement technologique IBM du Caire. Placé sur un support photographique, ce scanner peut être déplacé autour du trône et orienté pour capturer chaque détail de sa géométrie complexe. Une combinaison de techniques est utilisée pour mesurer la réflectance et la forme de la surface. A partir de chaque position du scanner, un scanner longue distance capture la forme d'une portion de l'objet et cinq appareils numériques enregistrent son apparence sous diverses conditions d'éclairage. Il a fallu réaliser près de 150 numérisations pour capturer l'ensemble de la surface du trône. Un calibrage soigné était nécessaire pour s'assurer que les nombreuses pièces fragiles de la représentation pourraient être assemblées correctement. Les numérisations de la forme furent ensuite combinées pour créer une représentation de la forme du trône et tous les vides restants ont été comblés. Les images de chaque vue ont été traitées afin d'éliminer l'effet des sources de lumière, produisant les couleurs intrinsèques de l'objet, qui ont été définies sur la représentation de la forme. La surface brillante de certaines parties du trône a compliqué ce processus. En effet, elle a entravé les données de forme et a rendu plus complexe le processus d'élimination des effets lumineux des images couleurs. Ce traitement a permis de réaliser une représentation en 3D qui pourrait être utilisée pour rendre des vues du trône sous n'importe quel angle dans n'importe quelles conditions d'éclairage.

Une fois le trône capturé numériquement, CultNat s'est occupé de le documenter. Etape crucial de la traduction numérique de l'objet, cette tâche consistant à associer des données descriptives au trône lui a permis d'être mis en relation de façon adéquate avec des milliers d'autres objets, personnes, lieux, thèmes, histoires et supports du site. Les égyptologues ont établi des catégories de style artistique, technique et matériaux du trône tout en répertoriant également des dates clés (sa date de création et d'acquisition par exemple) et des lieux clés (l'endroit où on peut le trouver aujourd'hui et celui où il fut créé dans l'antiquité) de sa longue histoire. Ainsi catégorisé, le trône prit sa place dans un riche réseau contextuel d'éléments associés. Une fois dans le Content Management System de l'Egypte Eternelle, le trône a alors pu être utilisé pour illustrer les articles, les histoires et les visites qui forment l'axe principal du projet. Par exemple, CultNat a utilisé l'image du trône et des données le concernant pour créer deux "modules" d'histoire intitulés Les mariages royaux dans l’Egypte ancienne et Le mobilier de Toutânkhamon.

Lors de la re-création du trône, la dernière étape concernait la présentation du trône virtuel de diverses manières. Des images en 2D du trône ont été créées dans différentes tailles afin de les présenter sur le guide électronique dans le musée égptien du Caire et pour un agrandissement haute-résolution sur le site Web de l'Egypte Eternelle. De plus, des numérisations en 3D ont été transformées en vues sur 360 degrés du trône pour les présenter sur le site Web. Dernièrement, le trône a été intégré dans la reconstruction virtuelle de plus grande taille du tombeau du roi Toutânkhamon. Cette re-création complète des objets tels qu'ils ont été découverts sur site en 1922 permet aux visiteurs d'explorer le contenu du tombeau, dont le chef d'oeuvre qu'est le trône, comme s'ils avaient eux-même ouvert le tombeau. Ne faisant plus partie de la véritable tombe conçue pour être un lieu de repos final pour les signes extérieurs terrestres du jeune roi Toutânkhamon, le trône a finalement repris vie dans un nouvel environnement qui recrée la splendeur et la beauté qui ont dû accueillir Howard Carter il y a bien des années.

Le trône de Toutânkhamon n'est qu'un exemple des nombreux objets capturés et présentés numériquement. Si vous souhaitez en savoir plus, vous pouvez explorer les technologies qui ont permis de créer l'Egypte Eternelle ou explorer le riche contenu qui lui donne vie.

Présentation
Acquisition d'images et création de contenu
Le Content Management System
Le guide électronique du musée égyptien
Le guide électronique pour un accès mobile
Le site Web de l'Egypte Eternelle
Le Kiosque virtuel de l'Egypte Eternelle
Récompenses et Reconnaissance
Vidéo

(requiert Flash)

Passez derrière les décors de l'Egypte Eternelle avec une vidéo documentaire.

Partenaires de l'Egypte Eternelle
Le conseil suprême des Antiquités égyptiennes
Centre égyptien de documentation pour le patrimoine culturel et naturel
IBM Corporation
Retour en haut de la page