Passer la navigation

Langue :

English

Français

عربى
Español
Italiano

Liens :

Accueil Ma visite(Version complète) Ma collection(Version complète) Rechercher Glossaire Aide Version complète

Partenaires de l'Egypte Eternelle :

SCA CultNat IBM Corporation A propos de l'Egypte Eternelle Conditions d'utilisation Contactez-nous
Développement de la bibliothèque d'Alexandrie
Envoyer cet article à un ami Ajouter cet article à ma collection
A propos de cet article
Ecouter  

(requiert 

Flash

)

La vitesse ahurissante à laquelle se développa la bibliothèque d'Alexandrie est due à l'esprit novateur des rois-mécènes et aux premiers libraires, à savoir Démétrios et Zénodote.

Au milieu du troisième siècle avant Jésus-Christ, le bâtiment d'origine devint trop petit, d'où la nécessité d'en bâtir un second situé au Serapeum.

La bibliothèque mère dota celle du Serapeum d'environ 42800 rouleaux de papyrus; ces derniers étaient soit des cadeaux soit des prêts qui s'inscrivaient dans ce qui pouvait être considéré comme une "tentative d'allégement" du désordre qui régnait dans l'ancienne bibliothèque. Signalons que cette démarche permit de se débarrasser des copies et des manuscrits incomplets.

Les rois d'Egypte s'enamourèrent à tel point de la bibliothèque d'Alexandrie que pour agrandir sa collection, ils avaient parfois recours à des moyens dictatoriaux. Ainsi, Ptolémée Trois (247-222 avant Jésus-Christ) obligea tous les voyageurs entrant à Alexandrie à donner les livres qu'ils transportaient.

Si ces livres ne faisaient pas partie de la collection de la bibliothèque, alors ils étaient conservés et leurs propriétaires recevaient des copies bon marché sur rouleaux de papyrus. Ptolémée Trois demanda également au bibliothécaire de la bibliothèque d'Athènes de lui prêter les papyrus officiels sur lesquels étaient rédigés les travaux d'Eschyle, de Sophocle et d'Euripide et ce, afin de les copier.

Pour chaque livre, Ptolémée Trois versait une caution s'élevant à 15 talents. Bien sûr, cette somme était restituée une fois les ouvrages rapportés. Toutefois, le roi se rendit vite compte que les livres valaient bien plus que 15 talents; par conséquent, il garda les originaux et renvoya les copies à la bibliothèque d'Athènes.

Retour en haut de la page